N°6 - Hommage à Oksana Shachko des Femen


Décembre 2018 - Éditorial

Femmes, féminisme, FEMEN !

Elle s’appelait Oksana Shachko. C’était une véritable artiste et une révolutionnaire. Réfugiée politique en France, elle était une des fondatrices du mouvement FEMEN en Ukraine et une talentueuse peintre d’icônes. Elle s’est donné la mort à 31 ans, en juillet dernier, près de Paris.

 

Surréalismus lui rend hommage grâce à trois hommes déterminés et généreux : Christophe Dauphin par ses mots, Nicolas Trautmann et Alain Margot par leurs images. Qu’ils en soient ici tous les trois remerciés. Cet hommage n’aurait pu se faire sans eux.
Il faut que l’œuvre et l’engagement d’Oksana vivent. Pour cela, il faut apprendre à la connaître. Nous espérons que ce numéro va aider à cela.

 

Cet hommage s’accompagne d’une série de dossiers, d’entretiens, de récits où les femmes ont la vedette… Hasard objectif du calendrier et des rencontres électives.

 

En premier lieu, le surréalisme danois qui fait l’objet de sept expositions, dont cinq consacrées aux femmes du mouvement ! Autre personnage atypique et iconoclaste à découvrir : la poétesse Thérèse Plantier. Quant à Dorothea Tanning et Leonor Fini, elles sont défendues par la commissaire d’exposition et universitaire Alyce Mahon. Enfin, Laurence Imbernon, conservateur au musée des beaux-arts de Rennes, retrace pour nous l’épopée du couple terrible du surréalisme anglais : Grace Pailthorpe et Reuben Mednikoff. Ces derniers, objets de plusieurs expositions en Angleterre, figurent également dans Couples modernes. À peine achevée au Centre Pompidou-Metz (voir l’entretien avec sa directrice Emma Lavigne), elle s’offre au regard à la Barbican Art Gallery de Londres.

 

Il y a quand même un homme dans ce numéro : Bruno Gaudichon. Le conservateur de La Piscine de Roubaix revient en détail sur la réouverture du musée, agrandi après de longs mois de travaux.

 

Rose-Hélène Iché et Nicolas Pujol